Superpouvoir #1: Es-tu sympathique?

Être à son meilleur alors que les conditions sont à leur pire…
Est-ce qu’on a vraiment le choix…

Définition Système nerveux sympathique – fonction: Les fonctions du système nerveux sympathique permettent, d’une façon simplifiée, de préparer le corps humain à l’action1, de faire face à une situation de stress (« flight or fight »). (source: Wikipedia)

Avec tout ce qui arrive autour de nous, le chaos de la vie, des émotions, de la santé, comment est-ce qu’on peut faire pour être toujours à notre meilleur?

Qu’est-ce que ça veut dire être à son meilleur?

Est-ce que c’est simplement une question de choix?

On a tendance à aimer la version romancée qu’on a toujours le choix de prendre des meilleures décisions, de mieux réagir dans certains contextes, mais la réalité au niveau biochimique en est peut-être autrement. Juste à penser à la dernière fois que tu as eu une rage de sucre ou une rage de chips, t’as le choix de dire non sur le moment, mais la douleur et le jus de cerveau que ça prend pour ne pas succomber! Avoue que dans un moment comme celui là, tout ce qui occupe ton espace mental c’est de ne pas manger; plus difficile de se concentrer, d’être attentif et productif dans des moments comme ça! Sans parler de la fatigue qui vient avec!

De pas être à ton meilleur va alors affecter ta vie personnelle (même si tu t’en rendra pas toujours compte), mais ça va affecter aussi beaucoup ton entourage, tes proches, tes amis, ta blonde ou ton chum, etc. Bref c’est pas un environnement super fertile pour progresser et aller de l’avant.

On peut parler de plusieurs choses et comment la shpère d’influence va bien au delà de notre réponse consciente. Premièrement, juste pour la définition de ce que je considère être à son meilleur: être présent, en conscience et en contrôle. Être à son meilleur n’est pas une pression qu’on s’impose de toujours être bien présenté, toujours avoir le bon mot dans la bonne situation, toujours rayonner la joie et la paix… C’est pas tant ça que j’ai en tête. Une personne qui est présente est une personne qui n’est pas constamment dans le futur ou le passé. Une personne présente est une personne qui sait observer la réalité telle qu’elle est, sans jugement, avec détachement. Une personne présente c’est quelqu’un qui sait être à l’écoute, pas passivement, mais pas non plus pour seulement chercher quoi répondre; une écoute réelle, authentique, présente. La personne conscience, c’est la personne qui reconnait l’impact qu’elle peut avoir à tout moment sur son environnement, dans les mots qu’elle utilise, les actions qu’elle prend, l’intention qu’elle projette. C’est une personne très observatrice aux détails pour trouver les incongruences, mais aussi très attentive aux détails de la vie qui défile autour d’elle. La personne en contrôle a la capacité de rester calme malgré la tempête. Elle a les pieds sur terre et ne se laisse pas emporter par la frénésie qui peut être présente autour d’elle.

Bien beau tout ça mais comment on fait pour arriver à être à son meilleur? Pour le moment ça semble être quelque chose qui peut nous imposer beaucoup de pression.

Vrai, si on regarde ça de l’extérieur, c’est beaucoup de choses à garder en tête et ça semble très complexe à mettre en application…

S’il y a une chose qui s’avère de plus en plus vraie pour ma vie personnelle, c’est dans la parole suivante qu’on peut s’y retrouver:

On ne s’élève pas à la hauteur de nos ambitions,

On tombe plutôt à la hauteur de nos habitudes,

On ne dépasse pas notre niveau d’entraînement…

C’est quand la dernière fois que tu avais un projet majeur qui devait s’étendre sur plusieurs jours ou semaines et qu’après un certain temps tu réalise que t’es pas mal trop souvent sur Netflix ou sur youtube à regarder des vidéos de chats?

Nos habitudes dictent notre vie, à bien parler, 40% de nos actions au quotidien sont des habitudes et 95% de nos pensées sont des pensées qu’on a eu la veille…

95% de nos pensées sont des pensées recyclées de la journée d’avant…

Damn…

Comment on brise la chaîne?

Si notre vie est une accumulation d’habitudes, alors l’hygiène de vie, l’hygiène émotionelle et l’hygiène de mouvement sont à considérer fortement. On doit adopter des routines pour faire en sorte que notre cerveau puisse être à son meilleur à tout moment! Mais avant tout ça, on doit s’assurer de sortir du mode survie; quand ton corps est exposé à un état de stress pendant une période prolongée, ça devient le nouveau « baseline », la nouvelle base de référence sous laquelle on ne descend plus à moins que d’intégrer des changements. Donc si t’es tout le temps en réponse de stress, alors physiologiquement c’est tout à fait normal d’être plus égocentrique parce que ton corps t’envoie le message d’assurer l’intégrité de ton corps et de ta tête: on pense à notre survie et à couvrir nos besoins essentiels (respirer, s’hydrater, se nourrir, avoir un abris).

Souviens toi aussi qu’on est des créatures de tribu, de groupe. Alors quand un individu est activé sur une réponse de stress c’est qu’il doit y avoir un danger dans l’environnement immédiat. Inconscienmment, tous les membres du groupe vont voir une activation de la réponse de stress pour être sur le qui-vive et identifier la source de danger.

On est des machines préhistoriques dans la Matrix. Aujourd’hui, beaucoup (trop) de choses sont perçues comme des dangers alors on est constamment en alerte sans jamais avoir de moment de repos. Fais juste prendre une demie journée comme je viens de faire pour aller dans le bois où presque rien ne bouge et après va observer comment la majorité se comporte dans un centre-ville achalandé; tout le monde est à la course, tout le monde est réactif. Sachant qu’ils ont une influence sur nous, c’est difficile de pouvoir décrocher.

Mais la réponse fonctionne aussi à l’inverse, alors quand une personne est calme, ça démontre aux autres autour qu’il n’y a pas de danger et que l’on peut se calmer. Observe l’énergie quand tu entre dans une pièce avec plein de gens, est-ce que c’est frénétique, plus calme, animé ou posé? Une personne qui doit prendre parole envers le groupe aura un impact pour soit calmer ou animer encore plus le groupe.

L’individu influence le groupe et le groupe influence l’individu; l’oeil observateur saura reconnaître le phénomène et s’efforcera d’élever la conversation.

La contagion émotionnelle c’est donc pas seulement au niveau conscient…

Et parlant de cette contagion, tu as probablement déjà eu quelqu’un autour de toi qui ne peut s’empêcher de « vomir » ses états d’âme sur les autres autour d’elle? Comment on se sent en présence d’une personne comme ça? Épuisant, right? Souvenons nous qu’une personne en contrôle c’est aussi avoir le contrôle sur ses émotions; ne pas s’identifier à elles, ne pas les laisser prendre le volant pour diriger notre comportement et ne pas les déverser sur les autres sous prétexte qu’on a besoin d’en parler; il y a des bonnes façons de le faire.

Alors si la première chose à observer c’est « l’état de notre réponse de stress » après ça, on fait quoi?

Arrête de courrir!!!

Quoi?

Beaucoup de choses ont la capacité de nous déclencher vers un état plus « sympathique » et une des choses qui est certaine de te maintenir dans un état d’alerte c’est de te mettre la face direct dans ton cell quand tu te réveille le matin. Oui, ton cell est un stress à différents niveaux alors tu l’oublie pour ta première heure d’éveil! Et je connais personne qui a une volonté d’acier assez forte pour ne pas se mettre la main dessus quand l’appareil est facilement accessible. Pas compliqué de tendre le bras pour « juste regarder l’heure », right? Quand tu te lève en regardant ton cell, tu entre immédiatement en mode réactif et c’est toujours plus difficile de rattraper un déficit versus partir du bon pied. Alors, met ton cell plus loin!

Après ça? Fais toi une routine où tu pourra boire un grand verre d’eau, prendre le temps d’apprécier les sensations du matin, prendre un café ou un thé, prendre le temps de faire quelques respirations calmes, faire la planification de la journée.

**Pour les travailleurs autonomes: « Mais je veux avoir la liberté de ne pas avoir d’horaire! » Alors continue d’être aussi en réaction à tes journées et arrête de te plaindre! Une des choses qui est certaine est que c’est sécurisant de savoir ce qui s’en vient alors fais toi un horaire, un plan de ta journée et tu verra que le mental n’est pas autant fatigué à la fin de la journée parce que tu ne t’es pas posé la question 352 fois à savoir ce que tu devais faire après.**

Ma routine matinale pour tirer le meilleur de ma journée:

  • Douche froide au lever 30 à 90 secondes
  • Brosser les dents pour nettoyer la bouche avant de…
  • Boire 1 litre d’eau
  • Prendre 2 à 5 minutes pour faire quelques exercices de respiration (ralentir le cycle de respiration est la clef ici, pas d’hyperventilation avec des respirations profondes!!!)
  • Sortir prendre une marche pour activer le système et nourir le cerveau!

Chaque élément a sa place et sert un objectif précis, pour le bien de pas éterniser la conversation ici, je t’en parlerai dans un autre article!

C’est seulement après tout ça que je peux sentir que je vais avoir une bonne journée, où je sens que j’ai une longueur d’avance au lieu de juste réagir et toujours être à la course!

Et comme ça, je peux être plus sympathique avec les gens que je rencontre dans ma journée!

Et toi, quelles sont les actions que tu prend pour te calmer et te sortir de tes habitudes de stress?

À la limite du stress…

Le sujet a fait surface dans une discussion des plus enrichissantes aujourd’hui: Est-ce que tu vis constamment sur la limite?

Prends l’exemple suivant: ton stress peut être comparé à une carte de crédit. Si la somme dûe sur ta carte est basse comparé à ta limite, alors tu es dans un environnement où c’est facile de s’adapter parce que tu as une marge de manoeuvre.

Si à l’opposé, tu vis constamment sur la limite, tu aura plusieurs situations où tu n’aura pas la capacité d’encaisser parce que ta limite va te bloquer toute transaction future…

Revenons au corps, si ton niveau de stress global est bas, tu peux réagir positivement dans plusieurs scénarios; si à l’opposé tu vis constamment sur la limite, tu peux t’attendre à être souvent réactif, irritable, agressif, avoir une grande réactivité émotionnelle et même jusqu’à tomber physiquement malade plus souvent…

Comme ta carte de crédit, tu peux augmenter la limite, mais le bon moment pour faire ça n’est certainement pas quand tu franchis régulièrement le seuil de cette limite. Les conséquences peuvent être désastreuses parce que pour augmenter notre capacité face au stress ça demande de s’exposer à différentes sources de stress « contrôlé », donc d’augmenter temporairement l’exposition au stress.

Imagine que t’as pas d’argent, tes cartes de crédit sont gonflées à bloc et tu vas essayer de rajouter un voyage de deux mois en Europe par dessus toute cette dette… Une catastrophe financière épique est probablement en préparation!

Prends conscience des différentes sources de stress qui peuvent affecter ton quotidien. Évalue la force d’impact de ces différentes sources sur ta vie.

Observe:

  • Ta physiologie:
    Est-ce que tu as des déséquilibres physiques qui augmentent la taxe du stress sur ton corps.
  • Ta biochimie:
    Est-ce que ton alimentation crée de l’inflammation dans ton corps?
    Est-ce que tu mange trop?
    Est-ce que tu bois beaucoup de café?
    Est-ce que tu prends des stimulants?
    Etc…
  • Tes besoins physiologiques de base:
    Est-ce que t’as bus de l’eau?
    Est-ce que tu as les bons nutriments?
    Est-ce que tu prends le temps de respirer?
    Est-ce que tu as bougé?
  • Tes relations:
    Est-ce que tu as des difficultés à communiquer avec certaines personnes autour de toi?
  • Ton environnement:
    Est-ce que tu as une charge toxique qui vient d’un fort environnement électro-magnétique? (Beaucoup de wifi autour, constamment le cellulaire à la main, près de lignes haute tension ou de tour cellulaire, etc.)
    Est-ce que ton air est pollué?
    Est-ce que l’eau que tu bois est polluée?
    Est-ce que tu es constamment exposé à des lumières bleues? (Fluorescents, leds, halogènes, etc.)
    Est-ce que ton environnement de travail te dérange?
    Est-ce que tu vis selon tes valeurs profondes?

Prendre conscience de ces différentes sphères est seulement un point de départ, mais ça donne des bonnes bases.

Quand tu aura pris le temps de voir la charge de stress de chacun des éléments précédents et identifié les sources les plus fortes de stress, commence à prendre des actions pour diminuer ton exposition à ces différentes sources.

Diminuer la pression et le bruit…

Quand tu aura avancé un peu dans cette démarche, on pourra discuter de la suite…